mardi 22 mai 2018

Quinze xares : antépénultième Défi des Mots étranges

Christiane de Dijon

C 'est avec un peu de retard que je rends les copies des xares : un mot qui au demeurant en a laissé plus d'un-e septique, si j'en juge par le faible nombre de participations (douze à la date butoir, on peut toujours compléter). Pourtant, il est ô combien intéressant d'apprendre qu'il s'agit de la raquette utilisée pour jouer à la pelotte basque, et par extension du jeu lui-même. Je vous accorde que, sauf à habiter Saint-Jean de Luz, on ne place pas tous les jours de xare dans la conversation. 

Quoiqu'il en soit, voici les propositions de nos vaillant-e-s illustrateurs et illustratrices. 
Lilabees

Sylviane de La Réunion

Chantal, de Loire-Atlantique

Izys de Paris

Mounia de Toulouse

Denise de Dijon

Brizou de Merdrignac

Christine de Beaune

Serge de Dijon

Patrice de Dijon

Marie de Dijon

Chantal S. de Dijon

Emilie de Chagny

Raquette, vous avez dit raquette ? Ce n'est pas l'avis de Virginie ! 

Bravo, encore une fois ! Y et Z : 
Il vous reste deux occasions de briller en société, 
et pour le dimanche 3 juin au soir, 
je vous propose de vous approprier le mot

Yusu. 

A bientôt !
 


lundi 7 mai 2018

Dix-huit wombats : vingt-troisième Défi des Mots étranges

Christine de Beaune
Qu'ils sont mignons, tous ces petits wombats nés de vos pinceaux ! On trouve ces jolis marsupiaux en Australie, ainsi que dans Lewis Carroll... Entre le rat et le marcassin, disait l'une de vous, une autre hésitant entre le blaireau et l'ourson !Faites vos jeux.. En tout cas, ils illustraient la lettre "w" de notre alphabet des mots étranges. 

Lilabees

Marie de Dijon

Christiane de Dijon

Denise de Dijon

Chantal D. de Fontaine-lès-Dijon

Evelyne de Fribourg

Izys de Paris

Serge de Dijon

Sylviane de Dijon (et de La Réunion)

Patrice de Dijon

Brizou de Merdrignac

Mounia de Toulouse

Nicole de Lisieux

Chantal B. de Loire-Atlantique

Chantal S. de Dijon

Emilie de Chagny

Bon : le wombat de Virginie est nettement moins mignon, il faut l'avouer. Mais bien plus utile en cas de possession diabolique. On ne peut pas tout avoir...


Nous arrivons tout doucement à notre antépénultième défi, celui de la lettre X. 
Pour lequel je vous demande, artistes de tous poils, de me dessiner 

un XARE

A vos pinceaux, émerveillez-nous, comme d'hab !
Vous avez jusqu'au lundi de Pentecôte inclus (21 mai)
Et rendez-vous le mardi 22 pour les résultats.


vendredi 4 mai 2018

Nouveau décor, nouvelle vie


Free breakers, Erik Johansson

Le temps de finir mes cartons, 
de les porter dans ma nouvelle maison, 
d'en déballer quelques-uns 
et de réinstaller une connexion internet... 
je mets Bleu de Prusse en pause pour quelques jours. 

Je vous donne juste rendez-vous lundi matin 
avec une jolie collection de "wombats". 

Et n'oubliez pas, en mai, de faire ce qu'il vous plaît !

mercredi 2 mai 2018

Histoire sans parole (mais avec pigeon)

Cadaquès, 9 avril

J'ai déjà publié cette image sur Still Life, mais bon... elle me plaît, et puis les lecteurs d'un blog ne sont pas forcément les lecteurs de l'autre.
Et puis ces temps-ci je n'ai pas le temps de faire tant d'images que ça. Je fais beaucoup plus de... cartons, en fait ! Déménagement complet dans une semaine, l'Atelier est déjà dans ses nouveaux murs : le compte à rebours a commencé.
Les pigeons ne connaissent pas ce genre de souci.
 

vendredi 27 avril 2018

Rendez-vous bourguignons du week-end


Ce week-end, rendez-vous samedi à l'abbaye de Cîteaux pour les "Rencontres buissonnières", consacrées au thème des "lieux, source d'inspiration". J'y causerai, en compagnie du sculpteur Roland Machet (et de quelques-unes de nos oeuvres respectives) le matin. L'après-midi, jolie rencontre en perspective avec Pierre Adrian, auteur du beau livre Les âmes simples, et de Fadila Semaï (L'ami parti devant).


Mais ne manquez pas non plus, si vous êtes dijonnais, l'exposition organisée à l'hôtel de Voguë, autour de plusieurs livres de la jolie et toute jeunette édition des "Atelier des Noyers". Exposition d'originaux, discussions, lecture et causette (sans moi, donc, vous me raconterez) au programme toute la journée de demain. 

 
Dimanche, c'est au Salon du livre et de l'écrit de Chevigny-Saint-Sauveur, juste à côté de Dijon, que je vous croiserai peut-être, en compagnie de mes livres mais aussi de mes cartes postales et carnets faits main.  

   
Ensuite, suspension des activités littéraires jusqu'au 12 mai, date à laquelle je vous proposerai un petit échange pour un après-midi de dédicaces à la librairie Les sandales d'Empédocle, à Besançon.



mercredi 25 avril 2018

Devoirs de vacances - le carnet de Marie-Eve (3) !


En vous présentant sous forme d'un carnet le résultat de mes vacances catalanes dans les deux posts précédents, je soulignais l'importance de voyager avec quelqu'un qui partage le même genre d'occupation que vous. Pour des raisons de rythme, bien sûr : il faut caler dans la journée les moments de pause devant un sujet qui vous tente, les heures passées à mettre en couleur, les temps d'écriture...
Mais surtout : quel plaisir de voir grandir le carnet de l'autre, si différent du vôtre et pourtant le même voyage ! Marie-Eve a gentiment accepté de me confier quelques visuels de ses propres pages, que voici. 


Elle a choisi de partir avec un cahier A4, la palette "Taylor shape" Artgraph déjà évoquée dans ces pages, un feutre à encre et... un crayon de couleur bleu ! 


Elle a consacré en gros une page à chaque journée de marche. Mais chaque page est riche de détails (oui, nous avons rencontré des sangliers au détour d'un chemin...ET des tortues, ET des ruines antiques, mais j'ai davantage peur des sangliers).


lundi 23 avril 2018

Devoirs de vacances - le verso (2) !


Voici la suite de mon carnet catalan. Il s'agit en fait du verso, mon leporello ayant 14 pages en tout (8 d'un côté et 6 de l'autre, du fait de la présence des plats de couverture). Le texte est assez réduit, tant il y avait de sujets qui appelaient le pinceau. Et l'espace était finalement restreint.
 




Pour donner une idée, toutefois, du temps passé, je dirais que nous avons dessiné et peint au minimum trois heures par jour. Sur place et le soir à l'étape. J'ai fini certaines choses (le texte, la mise en couleur de la carte) en rentrant, et bien sûr réalisé les plats a posteriori, pour ne pas qu'ils s'abiment lors de la marche. D'où l'intérêt de partir avec quelqu'un qui a les mêmes centres d'intérêt que vous pour ne pas perturber le rythme de la marche et l'occupation des soirées. Merci à Marie-Eve (qui a réalisé son propre carnet) de sa complicité !